Histoire du Monastère de Collombey


En 1622, sur les instances de l’Abbé général de Cîteaux,  saint François de Sales, évêque de Genève, encourage un groupe de moniales cisterciennes à entreprendre leur propre réforme à Rumilly, en Savoie. A leur tête figure sa cousine, Louise de Ballon. Les fondations se multiplient rapidement. On comptera bientôt une trentaine de Monastères. Tous disparaîtront à la révolution française. Sauf celui de Collombey fondé en 1647 sur les ruines d’un ancien château.

A l’origine le lieu que nous habitons aujourd’hui fut une tour de garde et la résidence des Seigneurs d’Arbignon, représentants d’une puissante famille du Chablais au service des comtes de Savoie. La première trace écrite des bâtiments date de 1349 : Peronet d’Arbignon obtient de l’évêque Guichard Tavelli l’autorisation de construire une chapelle dans le périmètre de sa maison. Un pieux laïc nous a précédées ici sur la voie de la prière !


_G1_0291


Spiritualité


Disciples de saint Benoît, nous sommes enracinées dans la grande famille cistercienne. Vivant en communauté, nous cherchons Dieu dans la prière, la simplicité, le silence, le travail, l’accueil des personnes  qui viennent à nous.

L’insertion de notre monastère dans une région industrielle et son ouverture sur un paisible espace de silence et de solitude influence profondément notre manière de vivre la vocation monastique et de nous situer dans le monde de ce temps. La beauté et la grandeur naturelle des lieux que nous habitons favorisent l’attention à Celui qui nous est sans cesse présent, l’écoute et l’étude de sa Parole, la prière simple et silencieuse. D’autre part, la proximité d’usines et d’ateliers nous sensibilise à l’effort de tous ceux qui sont engagés dans une vie de travail exigeante et, souvent, difficile. Leurs préoccupations et leurs soucis, leurs labeurs et leurs fatigues sont inscrits dans nos cœurs fraternels. Cette quête de Dieu et ce souci des hommes donnent sens à notre vie.

099